dimanche 11 février 2007

La censure du dimanche. Pour ou Contre ?


Dans la vidéo qui va suivre on fait un parallèle entre le raisonnement intellectuel d'Evelyne Thomas qui vise à défendre le fait que Bataille et Fontaine font 33% de part de marché, ce qui implique le "respect". Puis on transpose le personnage en 1933 en Allemagne qui pense que les 37% d'Hitler imposent le respect.
Cette vidéo vise juste dans la mesure où elle démontre que le genre de raisonnements dont fait preuve E.Thomas sont dangereux pour l'esprit critique. Les Guignols renvoient implicitement aux reflections sur la dictature de l'opinion soulevées par Alexis de Tocqueville. Dans son ouvrage de référence De la démocratie en Amérique 2, 1840, il développe cette idée :

"C'est dans le renoncement à la liberté que se trouve le danger majeur pour la société démocratique. le premier risque est celui de la tyrranie de la majorité: Un régime politique se caractérise par la règle de la majorité qui veut que, par le vote, la décision soit celle du plus grand nombre. (...) La démocratie comporte le risque d'une toute puissance de la majorité. Parce qu'il s'exerce au nom du principe démocratique, un pouvoir peut s'avérer oppressif à l'égard de la minorité qui a nécessairement tort puisqu'elle est minoritaire."

La déontologie journalistique s'est naturellement effacée devant les enjeux que constituent une entente cordiale entre deux grandes chaînes : Canal+ et TF1. On se rend bien compte d'ailleurs que ce rapport à l'audience est à la base même de la justification de programmes abrutissants que consomment le public. La mission du journaliste qui est de s'extraire du champ de vision critique de la majorité pour lui apporter des éléments d'informations destinés à enrichir son opinion, se dillue dans une approche purement mercantile : son devoir est de montrer ce que le public désire tel est le rapport à l'audience.


3 commentaires:

fonkymasto a dit…

La seule chose que je vois (mais qui suis-je pour m'exprimer ainsi ?) c'est que ce n'est pas la comparaison de la connerie des "gens" de la grèce antique qui a posé problème mais bien celle des "gens" de l'allemagne nazie ! En d'autres termes : Le problème ce n'est pas qu'Eveline Thomas ait été prise pour une conne qui gêne; c'est évidemment bien la comparaison avec les nazis. Regardez ce qui m'a sauté aux yeux : Eveline Thomas -> TF1 -> Bouygues -> UMP -> Sarko -> Election Présidentielle -> Populisme -> Propagande -> Techniques Hitlériennes -> Régime nazi. Effectivement : je comprend bien pourquoi cela gêne !

Came a dit…

C'est vrai, mais même sans prendre en compte le fait que l'on puisse associer le régime nazi à tel ou tel élément de l'actualité, rappelons que la référence même à la période nazie est un grand tabou, c'est une opinion cristallisée de diabolisation, un concept sacré duquel personne ne peut ou n'ose rire ou parler avec pour but de dévier ne serait-ce que de peu l'opinion figée, alors que l'on peut bien rire des problèmes en Afrique (fameuses blagues sur les Somaliens, par exemple). Le message que voulait faire passer canal+ sur les propos d'Evelyne Thomas serait "mieux passé" si les propos en question avaient été comparés à une autre situation (bien qu'à mon goût c'est une très bonne comparaison pour montrer la dangerosité de ce qu'elle a dit).

Tutur a dit…

Très bon commentaire. Merci de ta participation. J'ajouterai que le caractère expiatoire de l'humour ou de la création cinématographique ne joue pas son rôle d'apaisement des tensions. Faute à une censure morale, financière et institutionnelle ou à des sketches pas droles qui manquent de contenu. La référence reste pour moi "Papy fait de la résistance", un grand film.

Retourner en haut